Castle Hunters 

Castle Hunters 

Sous ce titre aux résonnances de séries B, se cache une passion, celle de découvrir au gré d’un voyage ces formidables édifices que sont les châteaux japonais.  Partir à la rencontre de ces  châteaux s’apparente à un voyage initiatique où l’on plonge dans des méandres historiques et architecturaux fort passionnants. 

 

16112017-7V0B6651

Un château au Japon ? 

Il n’y a pas qu’un château dans le ciel au Japon, il en existe même beaucoup. Des grands, des petits, des reconstruits des originaux, bref de quoi satisfaire le chasseur en herbe que je suis. Durant leurs présences sur terre nippone, c’est-à-dire durant les XV,XVI et XVII siècles, on pouvait les compter par centaines. Aujourd’hui, un peu plus d’une centaine sont entretenus et plus  de 200 existent officiellement. Mais plus précisément, il n’y en a que 12 qui sont encore originaux, c’est-à-dire que le donjon, pièce maîtresse d’un château est encore en bois.

De nombreux châteaux ont été reconstruits dans les années 60, mais tous avec des structures en béton. Privilégiant l’extérieur à l’intérieur, ces châteaux malgré leur côté imposant ne reflètent pas leur vraie histoire. L’exemple du château d’Osaka, merveilleux de l’extérieur, malgré la mise en place d’un ascenseur, peut décevoir avec son intérieur tout en béton transformé en musée.  Heureusement, le passionné de château y trouvera un parc avec ses nombreuses tours de garde, les Yagura et ses immenses murs d’enceinte. 

Il est question en ce moment de reconstruire le donjon du château de Nagoya en bois, l’attrait touristique certain est cependant vite mis en parallèle aux coûts très élevés d’une telle opération. Quoi qu’il en soit, il existe de nombreux châteaux au Japon et c’est un véritable plaisir de partir à leurs découvertes. En plus il y en a sur chaque île, même à Okinawa. 

11112017-DSC06413
13112017-7V0B6373

Usage des châteaux 

 Les châteaux japonais sont uniques dans leur conception et dans leur usage. Commençons par les enceintes avec un empilement minutieux des rochers. D’ailleurs point de présence de mortier, mais une disposition bien spécifique pour que notamment le mur puisse bouger en cas de séisme. Pour les bâtiments, pas de murs de pierre, mais une construction à base de bois et de plâtre.  

Les premiers châteaux servaient surtout à contrôler les voies de communication. Quand il fallait faire bataille, alors cela se passait sur un champ… de bataille, logique ! Bien sûr quand cela se passait mal pour un des seigneurs de guerre, il allait alors se réfugier dans l’ultime bastion de son château, c’est-à-dire le donjon. 

Par la suite, les châteaux japonais durant leurs âges d’or, environ une trentaine d’années entre 1570 et 1615 étaient purement conçus pour impressionner. Il suffit de visiter le château de Himeji pour s’apercevoir que le but premier était de montrer la puissance du seigneur. 

29102017-IMG_8307
22112017-IMG_1883
14112017-IMG_0921

Il n’en demeure pas moins que cela reste une structure de guerre 

Restant toutefois une place militaire, on y retrouve tous les aspects de fortification comme les meurtrières, les trappes, les murs d’enceinte, une construction en plusieurs zones… Et ne vous y trompez pas, le donjon, toujours construit dans la zone la plus intérieure, était rarement habité et il s’agissait surtout du dernier endroit de refuge du Daimyō, le seigneur local. Ce dernier préférant habiter dans la deuxième enceinte de son palais.  La troisième enceinte était réservée aux samouraïs. 

Mais c’est aussi une classification par l’emplacement du château. Vous allez avoir des châteaux de montagne (Yamajiro), des châteaux de plaine (Hirajiro) et des châteaux de colline (Hirayamajiro, souvent artificiels comme Himeji).  

 Comment disparaît un château japonais 

Cette question a plusieurs réponses ! Commençons par le plus simple ou le plus évident : la destruction pure et simple par l’attaquant du château. Bien sûr, l’aspect recyclage est présent et le vainqueur peut profiter du château acquis pour emmener quelques belles pièces comme ce fut le cas pour le château d’Hikone. La deuxième cause de disparition est naturelle, il s’agit soit des tremblements de terre, soit des orages qui pouvaient mettre le feu au château (oui c’est bien du bois !).

Après nous avons les causes purement japonaises. La première a été la loi promulguée par le Shogun Tokugawa au XVIIe siècle qui interdisait à un seigneur local d’avoir plus d’un château sur son domaine. Cela entraîne une forte chute de l’immobilier dans le domaine des châteaux. 

Dans le même style, la fin des samouraïs annonça aussi une destruction massive de châteaux. Enfin, la Seconde Guerre mondiale sonna le glas à de nombreuses structures.  

13112017-IMG_0877
14112017-IMG_0907

Alors, pourquoi visiter un château japonais ? 

Déjà parce que cela représente un aspect important de l’histoire du pays. Nombreux sont les châteaux qui ont connu des histoires importantes. Ensuite l’architecture d’un château est vraiment splendide, que ce soit les donjons, les quelques rares palais encore existants ou la visite du parc. Alors si en plus vous découvrez le parc en plein Hanami, la proéminence des cerisiers en fleur vous laissera un souvenir mémorable de ces pétales éphémères.

Mais c’est aussi la découverte de villes possédant un petit donjon, mais très fière de l’avoir. Bref, la visite d’un château est toujours une bonne occasion pour découvrir et comprendre un Japon un peu différent des grands axes touristiques.