L’art de l’estampe des paysages japonais

L’art de l’estampe des paysages japonais

À l’occasion de l’exposition Paysage japonais au musée Guimet à Paris (jusqu’au 2 octobre 2017), revenons sur l’art de l’Ukiyo-e

A l’origine de l’Ukiyo-e, la peinture du genre Fuzoku-ga apparut à la fin du XVIe siècle. Cet art permettait la représentation de scènes de la vie quotidienne. L’ukyio-e en est un dérivé qui a pris une importance considérable à partir du XVIIIe siècle, notamment en permettant une plus grande diffusion des œuvres.

Le mot Ukiyo signifie littéralement « le monde flottant », à l’origine le monde des plaisirs. Mais c’est devenu synonyme de représentation de la vie quotidienne au Japon durant l’époque Edo de 1603 à 1868. L’Ukyio-e est le nom donné pour l’image de ce monde flottant. L’Ukyio-e est une des façons, la plus connue, de créer des estampes japonaises.

La technique de base des Ukyio-e utilise la gravure sur des blocs de bois, le nom japonais est hanga pour xylogravure. Ensuite l’impression est réalisée sur différentes feuilles de papier. L’artiste collait le plus souvent son dessin à l’envers sur du bois de cerisier et celui-ci était ensuite travaillé par un graveur réalisant le relief pour l’impression.

L’encrage du dessin se faisait via un tampon appelé Baren. Il pouvait ainsi donner vie au dessin avec plus ou moins d’insistance sur l’encrage.

L’usage de plusieurs couleurs nécessitait plusieurs planches. Le repère du dessin se faisait via des repères appelés Kento sur le bois. Ce type d’estampe est connu sous le nom de nishiki-e et est dérivé des estampes utilisés pour les calendriers, e-goyomi.

Pour en savoir plus, découvrez cet article de Art Memo

L’occident à découvert ses peintures au milieu du XIXe siècle et elles ont une influence certaine lors du mouvement des impressionnistes en France. Il y a eu ainsi un courant d’art appelé Japonisme touchant principalement les artistes français principalement durant la seconde moitié du XIXe siècle.

Malgré l’arrivée de nouveaux procédés comme la photographie, l’Ukyio-e s’est développé au début du XXe siècle avec un nouveau style appelé Shin Hanga ou Sosaku hanga. L’un des principaux artistes est Kawasa Hasui.

L’exposition présente des œuvres de grande valeur permettant d’apprécier l’art de ces artistes dans la pérégrination de voyages.

Les artistes Hiroshige et Hokusai sont accompagnés d’artistes un peu moins connus (pour le grand public) mais tout aussi admirable à regarder. Certaines estampes présentent la divinisation des éléments avec notamment la montagne et l’eau alors que d’autres veulent montrer le paysage comme un lieu de vie.

Cliquez ici pour plus d’informations sur l’exposition