Mes 10 temples et sanctuaires préférés au Japon

Mes 10 temples et sanctuaires préférés au Japon

Quand vous allez voyager au Japon, il est fort probable que vos pas vous emmènent découvrir des temples et des sanctuaires. Ces bâtiments de toutes beautés très souvent en bois sont au cœur de la culture japonaise. Il y en a beaucoup. Le Japon compte plus de 85 000 sanctuaires pour 75 000 temples. Cela vous laisse un certain choix. Alors quand m’est venue l’idée de faire ma sélection des 10 temples et sanctuaires préférés que j’ai eu la chance de visiter au Japon, cela est vite devenu compliqué. Mais j’ai réalisé un choix très subjectif surtout lié au plaisir et à la surprise de la découverte.  

Prenez place et laissez-vous porter par ma vidéo  

Voici la liste avec quelques détails supplémentaires  

1/ Sanctuaire Shimogamo-jinja à Kyoto 

C’est l’un des plus anciens sanctuaires et fait partie des 17 monuments historiques de la ville de Kyoto. D’ailleurs son nom est en principe Kamomioya Jinja, mais tout le monde l’appelle Shimogamo  

Dans l’enceinte du sanctuaire, les Omikoji traditionnelles sont remplacées par des Mizu mikuji, une bonne fortune dont l’écriture se révèle quand on la met dans l’eau. Une expérience à faire quand vous visitez ce sanctuaire. 

Quant aux structures en plein centre du sanctuaire, il s’agit de Maidono. C’est une petite structure en bois permettant au messager de l’empereur de poser des cadeaux et des messages pour le sanctuaire. On les appelle aussi les Kagura-den, petits palais offrant des chants et des danses destinés aux Kami. En effet, avant l’ère Meiji, les différents empereurs entraient rarement à l’intérieur même du sanctuaire. Ils restaient au niveau des Torii. Celui du Shimogamo date de 1628. 

Il existe un sanctuaire pour chaque signe de l’astrologie chinoise 
 
Les Kami honorés sont : Kamotaketsunomi-no-mikoto et sa fille Tamayorihime-no-mikoto. C’est la divinité gardienne de Kyoto. 

Le sanctuaire Shimogamo pratique le Shikinen Sengu : cela consiste à reconstruire tous les bâtiments tous les 21 ans. Mais le coût étant trop important, il s’agit surtout d’appliquer des rénovations aux bâtiments.  

Le style architectural du sanctuaire est le Nagare zukuri. C’est un style d’architecture avec un long toit fuyant.  
 
Le bâtiment principal a été reconstruit en 1863 

2/ Le sanctuaire Nezu à Tokyo 

Ce sanctuaire, déjà magnifique, va vous proposer de découvrir une architecture ou le bâtiment principal, le Haiden est rattaché directement au bâtiment du culte, le honden. L’ensemble formant alors un H. Pourquoi ? Ceci est dû au concept de Gongen : les bouddhas indiens ont décidé d’apparaitre comme des Kami au Japon. C’est l’époque Shinbutsu shūgō, le syncrétisme des bouddhas et des kamis : le mélange de deux religions. L’ère Meiji a mis fin à cette époque avec la séparation des deux religions. 

Il y a aussi le sanctuaire Otomo Inari et son tunnel de Torii.   

Plus formellement l’architecture du bâtiment est de style Ishinoma-zukuri. On retrouve cette même architecture à Nikko. 

La divinité principale honorée dans ce sanctuaire est Susano-o le Dieu des tempêtes.  

3/ Le Sanctuaire Fushimi Inari 

Sans doute le sanctuaire le plus connu au monde. C’est une des images d’Épinal du Japon avec les tunnels de Torii. Il a été construit en 711 et relocalisé sur la montagne actuelle en 817. Il est dédié à Inari, le kami lié au commerce, c’est la patronne des commerçants. De façon plus générale, les sanctuaires Inari, repérables grâce à leurs gardiens en forme de renard, le Kinutse, sont les endroits où les Japonais viennent prier pour la prospérité et la richesse.  

La divinité de Fushimi Inari est Uka-no-Mitama-no-Kami, ou en raccourci Ukanomitama. D’ailleurs un anime fait référence à cette divinité avec de jolis backgrounds du sanctuaire : Inari, KonkonKoi Iroha 

La montée jusqu’au sommet de la montagne, haute de 233 mètres est un chemin inoubliable pour tout voyageur.  

Quand vous commencerez votre périple, vous passerez par la Senbon Torii, la porte donnant accès aux tunnels de milliers de Torii. En principe la plupart des visiteurs vont jusqu’à Yotsutsuji, un croisement où vous pouvez admirer une très belle vue, vous reposer et même manger. Beaucoup redescendent, laissant alors les plus courageux grimper la montagne. Et finalement, le plaisir de la découverte commence quand vous allez vous aventurer un peu plus haut et découvrir de multiples petits sanctuaires. 

Si vous voulez avoir votre propre Torii, le premier est de 300 000 yens (environ 3200 euros) et cela peut monter au-delà du million de yens (plus de 8 000 euros).  

Quant à la couleur des Torii, vermillon pour nous, c’est Shuiro en japonais. Cela permet d’éloigner les mauvais esprits et de porter chance. Cette couleur est issue de la fleur carthame et en japonais benibana  

4/ Les temples Kofukuji et Sofukuji à Nagasaki 

Un élément de Chine au Japon. Ces temples possèdent une architecture typique des temples chinois. Que ce soit au début avec les portes, celle du Kofukuji est manigifique. Il s’agit de la sanmon de couleur vermillon.  

Ces temples sont appelés « Todera » temple chinois. Ils ont été construits durant le XVIIe siècle avec le commerce entre la Chine et le Japon. Nagasaki était la principale et surtout l’unique ville de commerce du pays. Par exemple, le temple Kofukuji fut construit en 1620. Les commerçants chinois étaient les plus nombreux et ils créèrent quelques temples à Nagasaki. Le Kofukuji était dédié à la sécurité des voyages en mer. Le Kofukuji est le temple dédié à Obaku Zen, une des 3 écoles du Zen au Japon. La porte que l’on peut voir date de 1690.  
 
Le Sofukuji est situé sur la même rue que le Kofukuji. 

5Togan-Ji de Nagoya et son grand Bouddha vert 

Un temple parmi tant d’autres, mais avec quand même la particularité d’avoir un Bouddha géant peint en vert. Il mesure 10 mètres et avec le socle, la statue fait 15 mètres. C’est un bouddha très récent, puisque construit en 1987. Le grand Bouddha possède aussi des décorations d’inspiration indienne avec des éléphants, des rennes et des moines. 

Le temple est dédié à la divinité indienne Sarasvati. Le plancher rossignol est une expérience à faire. Le bruit délicat des lattes de bois quand vous marchez dessus est un redoutable système d’alarme. 

A l’intérieur du temple, vous pourrez trouver un mokugyo, un instrument de musique en forme de poisson qu’il suffit de caresser pour laver ses péchés. Levez la tête et vous verrez un plafond aux multiples dessins. 

6/ Le temple Tenryu-ji et son très bel étang 

C‘est un temple de l’école Zen Rinzai, une des 3 écoles Zen au Japon que l’on retrouve. C’est d’ailleurs le premier des 5 grands Temple Rinzai de Kyoto. Il a été construit en 1339 par un shogun.  

Le jardin a été conçu par le moine Muso Soseki. Il est très célèbre pour ses différents jardins notamment celui du saiho-ji, un des plus beaux jardins de mousse que l’on peut voir au Japon. 

L’un des bâtiments possède un dragon au plafond, mais malheureusement ce dernier est souvent fermé. Mais heureusement, le visiteur a tout le loisir de contempler le jardin qui est sans doute l’un des plus beaux du Japon. Ce jardin commence par un jardin sec puis l’étang, mais ce qui est le plus intéressant est l’arrière-plan. C’est ce dernier qui est à contempler.  

On y célèbre Shaka Nyora qui n’est plus ni moins le père fondateur du bouddhisme.  

7/ Temple To-ji à Kyoto 

La plus grande pagode en bois au Japon d’une hauteur de 55 mètres construite en 1644 et reconstruite en 1695.  

Le temple a été construit en 796 et est devenu en 843 d’obéissance Shingon. L’école Shingon a été créé par Kobo Daishi, très célèbre, car c’est le personnage à l’origine du pèlerinage de Shikoku et de ses 88 temples, le Ohenro. Le temple To-ji est très connu pour ses 21 statues. 

La pagode fut détruite plusieurs fois, mais celle que l’on peut voir date de 1695 

Un des bâtiments à voir est le Kodo, le hall dédié à la lecture. Vous pourrez y admirer une quinzaine de statues.  

Une des statues importantes est celle de Yakushi Nyolai, le Bouddha Guérisseur, devant lequel on peut venir prier pour une bonne santé. Mais pour certaines, la statue la plus importante est celle de Ikémen, beau mec en langage populaire. Le vrai nom de la statue est Indra en réalité. On dit que le visage de cet homme à dos d’éléphant représente la beauté pure. 

8Minamidakesan Shimizuin Komyo Temple 

Complètement en dehors des routes touristiques, dans la ville de Saijo située dans la préfecture de Ehime sur l’ile de Shikoku, vous pourrez admirer un temple vraiment original. Il a été construit par Tadao Ando dans les années 2000. Son autre nom est Nangakuzan Kōmyō-ji. Le jardin autour du bâtiment principal est une représentation de la Terre Pure.  

9/ Temple Takkoku Saikoji (Bishamondo) à Hiraizumi 

Le bâtiment principal du temple a été reconstruit en 1961 sur les modèles du célèbre temple de Kiyomizu dera à Kyoto. C’est un sanctuaire bouddhiste. On y trouve ainsi à son entrée des torii. Le bâtiment bishamon-do est celui encastré dans la roche.  

Ce temple a un lien avec Bishamonten, le Dieu des guerriers. 

Surtout, n’oubliez pas de trouver et d’admirer la figure de Bouddha géant sur la roche : Hokugen no Magai-butsuElle daterait du XIe siècle. La longueur du visage est de 3,6 mètres. Il est dit qu’il s’agit du visage du Bouddha Amida. On l’appelle aussi Ganmen Daibutsu.   

Pour l’histoire cet emplacement était autrefois un fort tenu par des sauvages du nord, la tribu des emishi. Mais Sakanoue no Tamuramaro les repoussa. C’est aussi lui qui construisit le temple Kiyomizu dera à Kyoto, d’où la forte ressemblance avec le pavillon.  

Il y avait alors 108 statues de Bishamonten, la divinité des guerriers. Il n’en reste plus que 30 actuellement.  

10/ Le pèlerinage des 7 divinités de la chance à Awaji 

Le pèlerinage de la chance ! Il existe un pèlerinage qui consiste à visiter les 7 temples des divinités de la chance. La preuve de votre passage se fera alors avec un très beau Goshuin. 

Le pèlerinage existe dans différents endroits du Japon comme Kobe ou Tokyo, mais j’ai fait celui sur l’ile d’Awaji. C’est vraiment une belle façon de visiter les temples, mais aussi l’ile.  

Le temple Hachijōji – La divinité est Daikoku. C’est le Dieu du commerce, prospérité et agriculture.  
Le temple Hōshōji – La divinité est Jurojin. C’est le Dieu de la Sagesse et longévité. 
Le temple Kakujuuji – La divinité est Bishamonten. C’est le Dieu des guerriers  
Le temple Manpukuji – La divinité est Ebisu. C’est le Dieu de la mer, des marins, de l’abondance et du succès dans le commerce. 
Le temple Gokokuji – La divinité est Hotei. C’est le Dieu de la Joie, abondance et bonne santé. 
Le temple Chōrinji – La divinité est Fukurokuju. C’est le Dieu de la Longévité, virilité, fécondité et sagesse 
Le temple Chizenji – La divinité est Benzai-ten. C’est le Dieu des Arts et de la musique.  

 

Et si vous voulez encore plus de Japon, voici ma playlist de mes 10 …


Related Posts

Le temple Nanko-bo sur la route de Shikoku

Le temple Nanko-bo sur la route de Shikoku

Il n’y a pas si longtemps, le pèlerinage des 88 temples de Shikoku a fêté ses 1200 ans, en 2014. Chiffre important puisque le nombre de kilomètres du parcours est quasiment de 1200 km (1130 km plus exactement). Autant vous dire qu’on ne le réalise […]

Le temple de Hōryū-ji

Le temple de Hōryū-ji

Nara est une destination très prisée par le touriste, notamment avec le Grand Bouddha de Tōdai-ji et ses daims se promenant en liberté. On en oublie presque la présence d’un des plus beaux temples du Japon : le temple de Hōryū-ji. Classé au patrimoine mondial de […]