Découverte du Gaming Tourism au Japon

Découverte du Gaming Tourism au Japon

« Gaming Tourism » au Japon

Après avoir parcouru le monde du content tourism, dont vous pourrez retrouver un de mes articles, je pars explorer le gaming tourism. Difficile de le classer comme du content tourism tant l’usage peut être différent par utilisateur. D’un intérêt ludique, il peut se transformer en une source réelle de motivation pour partir visiter le Japon. Il peut être scindé en plusieurs parties.

Tout d’abord nous aborderons les applications dont la base n’est pas touristique, mais leurs gamifications peuvent en faire de terribles machines à voyager. Puis nous passerons aux applications liées au tourisme. Transposer le mécanisme ludique des jeux vidéo au monde touristique semble être une idée intéressante pour proposer de nouveaux modes de visite. Nous finirons en partant explorer le monde virtuel du jeu vidéo prenant pour scènes d’actions des lieux réels ou proches de la réalité et qu’ils retranscrivent dans un monde virtuel actuel ou ancien.

Les applications ludiques qui vont vous faire voyager

Connaissez-vous Pokemon Go ou Flash Invaders ? Ils ont tous les deux le même principe. Amener l’utilisateur de smartphone à découvrir des lieux en chassant soit une multitude de monstres virtuels,  soit des œuvres de street art, elles, bien réelles.

Pokemon Go est sortie depuis quelques années et a été un grand succès pour Nintendo. D’un point de vue touristique, elle n’a pas forcément entraîné un effet de masse, mais a plutôt entraîné la population locale à découvrir plus en détail son environnement.

Le côté ludique est à la source du jeu, mais la chasse aux pokemon peut faire découvrir de nouveaux endroits. Mais le joueur semble bien plus concentré sur la chasse que l’environnement qui l’entoure.

L’autre application star est la chasse aux invaders, Flash Invaders. Ces œuvres de street art ont amené à la création d’une application permettant de les photographier et de gagner des points, plus ou moins élevés en fonction de la grandeur de l’œuvre.

Très populaire, les collages de tuiles sont disséminées dans le monde entier et on en trouve plus d’une cinquantaine à Tokyo. Le point fort de cette application est d’amener l’utilisateur dans des lieux souvent non touristiques.

Très communautaire, j’ai fait ma chasse aux invaders avec un habitant de Tokyo et c’était vraiment une très belle découverte. Le tour de Tokyo des Invaders pourrait être une attraction touristique. Une approche très ludique, avec un classement des chasseurs. Cependant, comme pour Pokemon Go, cela reste avant tout un jeu et il n’y a pas d’informations complémentaires sur les lieux visités.

invader1
invader2

La gamification touristique : peu utile, voire futile ou futur eldorado

La gamification, ou ludification en français, dans le tourisme a pour but de valoriser de manière ludique un lieu en y apportant un attrait de jouabilité à l’identique des jeux vidéo. L’objectif étant d’encourager l’utilisateur à explorer tout en le faisant progresser dans l’application au travers de mécanismes de récompenses et d’avancement.

La gamification doit donner à l’utilisateur une nouvelle expérience focalisée sur le plaisir de jouer, de partager et d’apprendre différemment.

Cette gamification se trouve très présente dans les sites d’aide touristique comme tripadvisor ou google Local Guide. L’utilisateur est amené à écrire plus d’avis, mettre plus de photos et le font monter de niveau. Cependant, point de classement mais une progression dans l’application. La gamification joue un rôle de fidélisation et peut être vue comme une récompense sociale.

Alors existe-t-il des apps de gamification touristique au Japon ?

Ma recherche sur internet a souvent abouti sur des applications, assez anciennes, basées sur la découverte d’une ville via des indices. En tout cas, on ne peut pas dire qu’il existe une application phare de gamification sur le tourisme.

Autre type d’application qui se rapproche du tourisme est le geochaching. Mondialement, connu, vous pouvez partir à la chasse au trésor. Mais, à part l’aspect ludique, la vision touristique est assez limitée. En tout cas, il y en a beaucoup à Tokyo comme en atteste la carte.

Capture d’écran 2019-01-26 à 18.07.36

Je lance ainsi un appel, connaissez-vous des applications qui se rapprochent d’une gamification touristique ? Si oui, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Jeux vidéo : Un plongeon virtuel au Japon

On pourrait parler de « Gaming vidéo game tourism ». Ce qui nous intéresse est avant tout l’univers où va se dérouler le jeu vidéo. De nombreux jeux vidéo possèdent un aspect japonisant pour des mondes fantastiques. Je ne parlerai pas de ces jeux, mais vraiment de ceux qui proposent une expérience forte en termes de balade virtuelle dans un Japon au plus proche de la réalité.

À noter que je n’ai pas joué aux jeux vidéo que j’aborde dans cet article. Je me suis appuyé sur des vidéos, présentations ou jeux en live, capture d’écran et articles sur le web. L’aspect ludique n’est donc pas évoqué. Mais une forte envie d’aller acheter une ps4 est présente tant la qualité de certains jeux est tentante.

Terme peu employé actuellement, le tourisme virtuelle des jeux vidéo tend à se développer et des références comme Assassin’s Creed 2 où le joueur peut se balader dans un monde ouvert dans la ville de Florence en est un bon exemple.

Partons à la découverte de ces jeux qui vous amènent directement au Japon et pour certains vous font remonter le temps. Commençons notre quête avec des références sur du jeu vidéo :  Yakuza et Persona 5 vont vous permettre de tranquillement, ou pas, marcher dans les rues nippones. Yakuza est une franchise de jeux vidéo édité par Sega avec plusieurs épisodes.

Les nombreuses scènes se déroulent dans le quartier de Kabukichō à Shinjuku et pour l’occasion, il a été renommé en quartier de Kamurocho. Le reproduction est très fidèle et il existe quelques vidéos mettant en parallèle le jeu vidéo à la réalité. C’est assez surprenant !

 

 

Le dernier opus , Yakuza kiwami 2, part explorer la ville d’Osaka. Je vous laisse admirer cette vidéo

 

 

Quant à Persona 5, ce dernier exploite la ville de Tokyo. L’histoire se situe entre le quartier de Shibuya et celui de Sangenjaya. Le jeu renomme ce quartier Yongenjaya. Clin d’œil japonais puisque san signifie 3 en japonais alors que yon est utilisé pour le chiffre 4.

Les créateurs du jeu vidéo ont ainsi créé leur propre quartier.  À l’instar des pèlerinages des animes, certains fans du jeu vont sur les lieux réels retrouver les scènes du jeu vidéo.

 

 

Akiba’s Trip: Undead & Undressed lui pousse encore plus loin le réalisme en recréant le quartier d’akihabara. Le joueur est plongé dans un monde réaliste et on y retrouve bien tous les aspects réels du quartier.

Cependant, les critiques du jeu décrivent une jouabilité assez faible. Mais cela a l’air bien sympa de se promener dans les rues de l’electronic town comme en témoigne le test de PlayerOne :

 

 

Passons maintenant à la conduite sportive. Le très renommé Gran Turismo dans sa version 6 propose un circuit au coeur de Tokyo. La reproduction de la ville possède un niveau de précision très réaliste comme peut l’attester cette vidéo qui met en parallèle le jeu et le réel.

 

 

Mais l’avantage des jeux vidéo c’est la possibilité de remonter le temps. Le futur jeu Ghost of Tsushima va proposer un monde ouvert qui semble être incroyable de réalisme. Au temps des samouraïs, vous allez pouvoir être immergés dans un univers japonisant.

Rien qu’à voir la vidéo de présentation, on a envie d’aller acheter une ps4, revêtir son armure, et d’avoir son katana bien ancré à gauche de sa taille prêt à être sorti.

 

 

Le tour du gaming tourism est fini. Il n’y a pas encore d’applications souveraines dans ce registre. Les réseaux sociaux comme instagram, twitter, facebook ont sans doute pris déjà une place importante dans le gaming au travers des célèbres likes ou nombre d’abonnés qu’on espère glaner ?