Un château sous la neige.

Un château sous la neige.

Un ciel laiteux surplombe les rues enneigées, et le vent charrie par intermittence de gros flocons. En plus de 21 ans c’est la première fois que l’hiver s’invite aussi tôt dans la région !

Nous voulions des images du château d’Hirosaki sous la neige, nous voilà servis.

Chargés de tout notre matériel, c’est cette fois en taxi que nous nous faisons déposer à l’entrée du parc.

article5_bds--hirosaki--Japon-2

Nous avons rendez-vous à 9h30, mais sommes arrivés largement en avance pour avoir le temps de commencer à faire quelques images. Julien qui se charge de la valise à roulettes, fait chasse neige dans les allées du parc. La couche de neige a bien dépassé les 10 cm. Nous décidons d’essayer de faire plus léger à l’avenir !

article5_bds--hirosaki--Japon-3

Finalement nous n’avons pas vraiment le temps de nous mettre en place que Makoto-san, notre contact auprès de l’office de tourisme, arrive. Salutations d’usage, et nous prenons la direction du donjon. Le temps restant couvert, nous allons commencer par des intérieurs en attendant les éclaircies que la météo locale prévoit pour le  milieu de matinée.

A l’intérieur, les sols sont protégés par d’épais tapis de caoutchouc, pas de glissades en chaussettes cette fois. Les escaliers eux sont tout aussi abrupts !

article5_bds-3

Le donjon n’ayant que 3 niveaux, la montée est bien plus simple, d’autant plus que nous n’avons pas non plus à faire face à une foule immense. La météo, et peut être surtout le fait que nous soyons en semaine, font qu’il n’y a qu’un nombre très limité de visiteurs.

Le temps de nous installer, de faire de premières images du troisième étage, qu’au travers des fenêtres nous voyons que le ciel se débouche, et que le soleil fait une percée.

Il est donc temps de passer en extérieur.

article5_bds--hirosaki--Japon

Sitôt dit, sitôt fait ! Nous profitons d’une petite demi-heure d’éclaircie puis la neige revenant, repassons dans le donjon. Une fois le troisième étage filmé, nous passons à celui d’en dessous. Ce dernier dispose de quelques vitrines intéressantes et nous décidons de filmer quelques objets avec la mise en place de notre système anti-reflet qui consiste en un drap noir mis sur portant.

article5_bds-4

Ainsi passe la matinée.

article5_bds-2

Le rendez vous pour l’entretien avec Miyakawa-san étant fixé à 1h30, notre accompagnatrice finit par nous suggérer de faire une pause déjeuner et nous emmène jusqu’au restaurant de l’office du tourisme. Là, elle nous souhaite bon appétit et disparaît. Elle reviendra nous chercher en temps et en heure.

Riz, pâte, soupe, café et Makoto-san se matérialise à nos côtés. Il est temps de passer à la suite du programme.

article5_bds-5

L’entretien se tiendra au second étage de l’office de tourisme, dans un petit espace aménagé en  mini salle de réunion. Nous avons tout juste la place de poser les deux caméras,  et faire une face avec l’éclairage LED, et l’occupation des sols vire à la surpopulation !

Petit contre temps lié aux différences de températures. Certes c’est plutôt agréable pour nous, mais les objectifs eux sont couverts de buée. Pas vraiment pratique !

Nous profitons de ce délai pour faire un peu mieux connaissance avec notre interviewé. Si il parle et comprend l’anglais, il a été décidé qu’il répondrait en japonais, Makoto-san se chargeant de la traduction.

Posé un instant et débordant d’enthousiasme l’instant suivant, Miyakawa-san est totalement passionné par l’histoire du château d’Hirosaki. Que ses ancêtres aient participé à sa construction n’y est sûrement pas pour rien !

Très vite nous comprenons que l’interview n’aura rien de conventionnel. Même si Julien tente de revenir aux questions, nous laissons pour l’essentiel  à notre interviewé toute liberté pour s’exprimer.

article5_bds--interview-hirosaki--Japon

Près de 2 heures vont ainsi s’écouler, et nous nous quittons après avoir pris rendez vous le lendemain pour une visite exclusive de la tatsumi yagura (tour de garde Tatsumi), qui servait de salle à manger au Daimyo.

Makoto-san prend elle aussi congé, et il ne reste plus qu’à planifier notre fin de journée.

Ce sera retour à l’hôtel pour une reconfiguration plus légère en matériel et retour à la nuit tombée sur le parc du château pour faire des images.

Deux petits tours de taxi plus tard, nous revoilà à arpenter les allées du parc au milieu des bourrasques de neige, nos caméras protégées dans leur raincoat, et nous sous nos capuches.

article5_a380--bds--Japon-2

Nous commençons par les jardins avec les superbes éclairages des érables et autres arbres aux feuilles rouges. Les filtres de couleurs aidant, nous découvrons un paysage vraiment féérique et nous avons du mal à nous décider d’avancer vers le château.

article5_a380--bds--Japon

Nous retrouvons le château éclairé d’un blanc profond et avec la neige cela prend un aspect un peu surnaturel.

article5_bds--chateau--hirosaki--Japon

Retour à l’hôtel en début de soirée et hop direction un petit restaurant italien juste à côté. Il est temps pour Julien de commencer à penser à une alimentation « spéciale marathon » !

article5_bds--hirosaki--Japon-5



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *