Voyage au Tōhoku – Une journée dans la région de Fukushima

Voyage au Tōhoku – Une journée dans la région de Fukushima

Le Tōhoku, présentation

Au nord-est de Tokyo se trouve une contrée lointaine, peu connue de la plupart des touristes. Son nom, le Tōhoku. Cette région sur l’île principale de Honshu regroupe 6 départements. Elle est très souvent perçue comme le grenier du Japon avec ses nombreuses terres agraires. Mais c’est aussi une région où la nature est plus dense et plus sauvage que dans le sud. Le tourisme n’étant pas la matière forte de cette région, les sites touristiques sont souvent plus difficiles d’accès. Les Japonais eux-mêmes visitent le Tōhoku quand ils sont à la retraite. Pourtant la richesse de la nature donne des couleurs fantastiques en automne et les nombreux pèlerinages ou sites religieux permettent de mieux comprendre la culture japonaise.

De plus une partie de la région de Tōhoku a subi de plein fouet la catastrophe du 11 mars 2011. 6 ans après la catastrophe, le taux de tourisme n’est revenu qu’à 80% d’avant 2011. Avec une forte volonté d’avoir aussi droit à une part du gâteau touristique qui est en très forte croissance au Japon, les villes et départements composant le Tōhoku font tout pour rendre plus attrayante cette région.

J’avais déjà visité une partie du Tōhoku en 2015, notamment la ville de Morioka et la Ri Valley pour les couleurs d’automne. Le temps n’avait pas été très clément et je voulais revenir dans cette région afin de mieux la découvrir.

 

01112015-A_Morioka_Ruines__article_tohoku__bds
31102015-article_tohoku__mikaerinotaki
31102015-article_tohoku__japaninamug__ri_valley

 

Une journée dans la région de Fukushima

Le programme du voyage commence donc par la ville de Fukushima. Une gare toute simple, l’hôtel est juste à côté. Le temps est mitigé, mais un arc-en-ciel est là en guise d’accueil. Je m’aventure un peu dans les rues autour de l’hôtel. La ville a un cliché assez ancien. Certaines architectures semblent tout droit sorties des années 70.

 

23102017-article_tohoku-2
23102017-article_tohoku
24102017-article_tohoku__fukushima
23102017-article_tohoku__fukushima

L’objectif à Fukushima est de découvrir quelques temples du pèlerinage des 33 statues dédiés à la divinité bouddhique Kannon, de faire un spot d’automne pour le Koyo (le changement des feuilles aux couleurs de l’automne) et de visiter le village-étape d’Ouchi-juku. Le plus simple a été de louer une voiture afin de profiter au maximum de la journée.

La matinée débute ainsi par un spot célèbre pour ses couleurs d’automne, le pont Fudosawa entouré des feuilles rouges/jaunes de l’automne. Malheureusement à mi-chemin, des travaux interrompent la montée et je ne peux qu’apercevoir de très loin le pont. En tout cas les couleurs de l’automne sont bien présentes en cette journée du 24 octobre.

 

24102017-article_tohoku__fudosawa_pont
24102017-article_tohoku

N’ayant pas repéré d’autres spots Koyo, je décide de me focaliser sur les temples du pèlerinage Kannon.

Le pèlerinage des 33 statues Kannon est très populaire et il en existe un semblable dans le Kansai. Pourquoi 33 ? C’est le nombre d’apparences que peut prendre la divinité Kannon qui est une Bosatsu (ou Bodhisattva). Bosatsu dans le bouddhisme représente une divinité bouddhique altruiste qui renonce à l’état béat du Nirvana (libération de la souffrance), et décide de rester dans le monde des mortelles sous diverses formes (réincarnations) pour aider les êtres vivants à atteindre le salut. Kannon est une des plus connues, mais les Jizō sont aussi très célèbres.

La divinité bouddhique Kannon est une des plus populaires au Japon et elle représente la compassion ou la miséricorde. Elle vient aider les gens. D’où son nom Kan : observer et non : son. Elle entend les cris du monde.

Le Tōhoku est une terre de pèlerinage à la vue des nombreux Senjafuda, autocollants que le pèlerin laisse dans le temple avec son nom dessus. Quand le pèlerin n’a pas de Senjafuda il peut y laisser sa carte de visite !

 

24102017-article_tohoku__sazaedo__senjafuda
24102017-article_tohoku-4
24102017-article_tohoku-3

Le pèlerinage des 33 temples Kannon est particulier, car il s’agit surtout de petits temples pas faciles à trouver. Quoi qu’il en soit, j’ai mis un peu de temps pour trouver le n°2, perdu dans un petit village. Ce temple, malheureusement fermé se trouve entre une maison et une aire de jeux pour enfants.

 

 

Mais le temple que je voulais visiter à tout prix est celui de Sazaedo. Les photos de cette structure en bois m’intriguaient. Il se trouve dans la ville de Aizu wakamatsu où se dresse aussi le château de Tsuruga.

La visite du temple commence par une longue montée d’escaliers, des escalateurs sont présents, mais ils sont payants. La première vision de ce temple surprend. Il a une forme hélicoïdale. C’est vraiment rare d’avoir un bâtiment de ce genre. La forme en hélice du bâtiment va faire que l’entrée ne correspond pas à la sortie et qu’en principe on ne croise jamais de personne dans l’autre sens. Tout de bois, le temple a fière allure. Construit en 1796, il mesure 16,5 mètres de haut et possède 3 étages. Son vrai nom est Entsu Sansodo, soit les 3 tours complètes. C’est le dernier temple quand vous faites le pèlerinage des 33 statues Kannon. Sans doute le plus populaire vu le nombre de Senjafuda présents au sommet du temple. Avant l’ère Meiji, des répliques des 33 statues étaient visibles dans le temple permettant ainsi de prier les 33 kannon. Un sacré raccourci pour faire le pèlerinage.

 

24102017-article_tohoku__instagram_bds_122017__sazaedo__temple_sanbutsuji
24102017-article_tohoku__sazaedo

Pas le temps pour visiter le château de Tsuruga et de toute façon j’y suis déjà allé. Je vous poste quand même une photo, car cela reste un beau château de l’extérieur.

 

 

Cette journée se termine avec le village-étape Ouchi-juku. À l’instar des célèbres villages de Magome ou Tsumago, le village Ouchi-juku était un de ces lieux de repos pour le voyageur qui empruntait la Shimotsuke Kaido. Cette route permettait de relier les domaines d’Aizu à Edo, l’ancien nom de la capitale Tokyo durant la période de règne du clan Tokugawa (1600-1868).

Une fois l’ère des samouraïs terminée et l’ouverture du pays durant l’ère Meiji, une nouvelle route fut construite et la fréquentation de la Shimotsuke Kaido chuta fortement. C’est aujourd’hui un lieu touristique où vous pourrez admirer ces maisons avec leurs toits en chaume et trouver une multitude de magasins ou de restaurants (avec pour spécialité les soba). Accéder à ce village est assez difficile sans voiture. Proche de la ville d’Aizu-wakamatsu, cela peut être une belle étape d’une demi-journée. La vue depuis la colline du sanctuaire est très intéressante. Le village est reconnu depuis 1981 comme un bien culturel important au Japon et attire plus de 1,2 million de touristes par an.

 

24102017-article_tohoku-5
24102017-article_tohoku__ouchi-juku
24102017-article_tohoku__instagram_bds_122017__ouchi-juku

Retour à Fukushima en empruntant une belle route passant très près du lac Hatori. Une bonne occasion pour sortir le drone et tenter une photo aérienne du lac.

 

Références Sur Kannon :
http://www.onmarkproductions.com/html/bodhisattva.shtml
http://www.buddhaline.net/Kannon-bodhisattva-de-la