Le château d’Okayama (#5)

Le château d’Okayama (#5)

La ville d’Okayama situé au sud d’Osaka est un véritable noeud ferroviaire au Japon. Tous les shijkanshen partant de Tokyo pour le sud du pays s’y arrêtent.  C’est aussi à partir de cette gare que l’on accède aux lignes desservant l’ile de Shikoku. Mais la ville ne se résume pas à une gare. on y trouve aussi un très joli château. Et pour peu que vous ayez un peu de tempes attendant une correspondance, sautez dans un taxi !

En quelques minutes on arrive au château et à peine avons nous parcouru quelques mètres dans les jardin que nous sommes accueillis par un matou. Presqu’aussi curieux que nous il nous jette un regard puis reprend son escalades des murs.

Un donjon paré de noir et d’or

De notre coté nous optons plus sagement pour les escaliers. Les cerisiers en fleurs nous accompagnent jusqu’à une dernière porte. Dans une pluie de pétales blanc nous arrivons à la dernière porte. Derrière les battants de bois  en haut d’une ultime volée de marches nous attend le cœur du château. 

Surprise en découvrant, tout au fond de la longue esplanade  le donjon. Comme ceux de Matsue ou de Matsumoto, il est revêtu d’une splendide robe noire. L’éclat blanc des frontons et celui des barreaux masquant les fenêtres, viennent par contraste renforcer l’esthétique du lieu. En parcourant l’esplanade nous découvrons les restes des fondations de divers bâtiments. Elles se perdent élégamment entre pins et cerisiers, pour une fois encore le plaisir des yeux. 

Le lieu est clairement marqué par ses choix esthétiques.  Avec pour touche finale, les parements dorés des tuiles et l’or scintillant des shashihoko.

Comme de nombreux château au Japon il a été reconstruit dans les années 1960. Ici ce fut en 1966 et il  renferme un musée. C’est un lieu culturel important de la ville avec des expositions, et bien souvent de superbes installations de jeux de lumières en extérieur.