Le héron blanc

Le héron blanc

Aujourd’hui retour au tournage proprement dit.

Au programme le château d’Himeji, surnommé le héron blanc, car la forme du donjon ne serait pas sans rappeler l’un des ces magnifiques échassiers prenant son envol. Mais, le donjon étant en rénovation, et protégé par une immense super structure, il nous est difficile de porter un jugement.

Toujours est-il, qu’après un coup de téléphone avec notre contact à l’office du tourisme, nous convenons d’un point de rendez vous. La journée va pouvoir commencer.

Quel plaisir que celui de retrouver nos 15 Kg d’équipement … sur le dos.

Une dizaine de minutes de marche nous permettent de rallier le point de rendez-vous. Présentation, échange de carte de visite, explication rapide du projet et direction le château.

Nous découvrons que le site se prépare à être le cadre du tournage d’une dramatique TV pendant une bonne partie de l’année 2014, et par là même résolvons le mystère de la mascotte du château. Non ce n’est pas le petit samouraï que nous voyons un peu partout. Lui c’est celle du programme TV ! Le petit samouraï s’appelle Kanbee Kuroda.

article11_Japon--samourai

La mascotte du château est une petite boule blanche avec le donjon en guise de chapeau. Comment avons nous pu en douter une seule seconde ! Son petit nom est Shiromaru Hime.

Début de tournage, nous avons la matinée devant nous et décidons de « commencer » par des images de la rénovation. Chemin faisant nous emmagasinons nos premiers Mo de datas. Là les images de la porte principale, ici un contrefort de pierre caractéristique, ou encore les samas, ces petites fenêtres de formes différentes permettant aux défenseurs de tirer des flèches ou d’utiliser des armes à feu.article11_bds--himeji--Japon

Nous finissons par accéder au Honmaru (la première enceinte) où se trouve le donjon et l’infrastructure le protégeant. Un ascenseur permet d’accéder au toit. Il est vitré, (l’ascenseur, pas le toit !) et nous offre la possibilité de faire quelques images.

Gentiment ils coupent l’éclairage interne pour nous éviter le reflet et c’est parti. Un peu vite, nous avons à peine le temps de nous préparer. On appuie en catastrophe sur REC, et vogue la galère.

Arrivés au sommet, on leur demande un second tour de manège pour avoir un peu plus le temps de prendre nos marques. Pas de souci. Retour au rez de chaussée. « ok desu ! » et on remonte.

article11_bds--himeji--Japon-2

Le parcours est flèché, les visiteurs nombreux, et malgré nos brassards jaunes nous identifiant comme membre de la presse, il n’est pas simple d’arriver jusqu’aux grandes vitres protégeant le toit du tenshu. C’est Julien qui s’y colle, son trépied et son appareil sont légèrement moins imposants ce qui facilitera les choses.

Une fois l’épisode rénovation passé, il est déjà l’heure de déjeuner si nous ne voulons pas être en retard pour le rendez vous avec le guide.

Petit moment d’interrogation lié à des soucis de batteries. Rentrons nous en vitesse à l’hôtel ou non ? On recompte les batteries de secours et finalement nous décidons de rester pour manger avec nos deux accompagnateurs.

Direction un restaurant, que les occidentaux qualifieraient de typique, mais qui au fond n’est qu’un restaurant parmi tant d’autres ! Cependant, il propose des Kushi Katsu qui est une des spécialités d’Osaka.

article11_bds--himeji--Japon-5

Manger des beignets de poulet, légumes ou poisson, assis en tailleur, soupe miso et riz voilà le menu.

Une heure s’écoule et avouons le au moment de repartir certaines articulations ont tendance à rechigner …

Nous retrouvons le guide, qui est en fait un professeur d’histoire sur Himeji, avec une bonne demi-heure de retard, mais il a été prévenu donc pas de problème de ce côté.

Interview aux quatre coins du château. Prise de vue de l’intérieur des appartements de la princesse, escaliers en monté, escaliers en descente …

L’après midi est déjà bien avancé lorsque nous en avons fini avec l’intervention du guide, et il nous reste encore des images à faire.

Le château fermant ses portes à 17h00, nous passons un mode accéléré, plus de temps à perdre. Les lumières avec le soleil couchant devraient être intéressantes.

article11_bds--himeji--Japon-4

La musique de « ce n’est qu’un au revoir », nous accompagne tout du long de ces dernières prises de vues.

Passage par le bureau du château pour ranger le matériel, puis on nous offre un café. Nous l’acceptons avec plaisir, car malgré le soleil, la température est de  7° à 8° et on finit par se rafraichir après avoir passé la journée dehors.

Nous saluons ensuite nos accompagnateurs, qui au passage nous promettent de dire un mot en notre faveur auprès de jNTO, l’organisme japonais pour la promotion à l’étranger de la culture nippone.

Retour à l’hôtel pour les backup, sortie rapide pour manger un morceau. Okonomiyaki au menu délicieux, et devant nos tête d’étrangers, le chef nous offre même un petit complément de viande !

article11_bds--himeji--Japon-7

Passage à la gare où, bien qu’il soit 22h00 passées, le ticket office est encore ouvert ! Parfait !

Nos billets pour Maruoka, où se trouve le plus ancien donjon du Japon en poche, nous rentrons à l’hôtel.

Extinction des feux !



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *